ACCUEIL                MAIRIE                TOURISME               JEUNESSE              INFOS

Histoire de la commune

Ventron vient de " Uberwinter " : hiver - " Winterhung " : hivernage, logis d'hiver. On conserve la prononciation germanique Venntron comme marque d'origine.

 

PÂTURAGES ET PREMIÈRES CHAUMES

 

1048 - 1070, le pays était encore complètement désert au temps de Gérard d'Alsace premier Duc héréditaire de Lorraine qui mourut à Remiremont. A la suite de l'accroissement de la population dans les vallées de la Fecht et de la Thur les marcaires alsaciens ont étendus leurs pâturages jusqu'aux sommets des Vosges. Des Alsaciens et des Suisses obtinrent l'autorisation des Seigneurs et Ducs de Lorraine de construire des habitations avec écuries pour hiverner. Il y eut de véritables batailles rangées pour la possession des pâturages et des chaumes, d'abord celle du Grand-Ventron, située sur le sommet le plus élevé. Plus tard les premiers possesseurs de bétail descendirent dans la vallée et bâtirent des granges avec étables sur les flancs de la montagne où la neige était moins abondante. Les chaumes n'étaient alors occupées que pendant la belle saison. Il est probable que c'est de cette façon que Ventron a été créé.

 

De 1255 à 1272, on parle de familles alsaciennes qui étaient parmi la population de La Bresse et de Ventron, venues par les Cols d'Oderen et de Bramont. Les premières habitations furent érigées au Planois de la Chapelle. Le bassin des Chauproyes était traversé par le chemin des marchands qui trafiquaient avec l'Alsace et ce, vers le XIème siècle. Nous savons qu'en 1523, Ventron comptait 12 conduits (ou ménages) et avait un maire Nicolas Aubertin. La population s' agrandit Les coteaux furent déboisés et partout où il y avait une source des granges pour loger le bétail et le fourrage s'élevèrent. Le fief primitif de Ventron était plus grand que maintenant car Travexin en faisait partie.

 

En 1625, Ventron comptait 260 à 270 habitants dans 50 maisons. De 1631 à 1640 il n'y eut qu'une seule naissance à cause des ravages de la peste et de la guerre de Trente ans.

 

En 1718 : 45 habitations soit environ 270 habitants, 1830 : 1287 habitants, 1867 : 1333 habitants, 1889 1346 habitants. Les habitants deviennent propriétaires de leur terre En 1571 le Seigneur de Ventron était seul propriétaire et les habitants exploitaient ses terres.

 

En 1571 Mr D'Elley de Mailhanne, Seigneur de Ventron affranchit les habitants de la servitude de main morte seulement à l'égard des héritages immobiliers En 1617 Jean des Porcelets de Mailhanne, Évêque et Comte des Toul, Seigneur de Ventron affranchissait définitivement les habitants. Le 7 juin 1704 le Seigneur de Ventron, Charles François de Serre écuyer conseiller de son Altesse Royale à la Cour de Lorraine et Barrois a cédé ses forêts aux habitants.

 

ÉDIFICATION DE L'ÉGLISE

 

La première chapelle fut construite sur la Bruche, vraisemblablement vers la fin du XIème siècle. Aujourd'hui cet endroit se nomme le Planois de la Chapelle. En 1617, à l'initiative de Jean des Porcelets de Mailhanne, et peut-être en partie à ses frais, une chapelle fut édifiée au milieu du village, devant l'église actuelle. Les travaux de construction de cette dernière ont commencé en 1841, le gros œuvre terminé en 1848 et le clocher ne fut achevé qu'en 1854. Cette nouvelle église témoigne de l'accroissement de la population, accroissement lié au développement industriel depuis le début du 19 ème siècle, car l'ancienne était devenue trop petite. La nouvelle église répondait aussi au besoin de recueillir la dépouille funéraire de Frère Joseph dans une chapelle funéraire qui a fait l'objet d'une restauration complète en 2013, ainsi que l'intérieur de la nef.

L'EXODE DE 1944

 

Du mois de septembre 1944 au 13 décembre, des combats entre les Allemands qui ne lâchaient pas prise et les troupes de libération ont profondément marqué l'histoire locale. L'ensemble de la population civile a vécu le mois d'octobre 1944, tapie dans les caves. Aucun des belligérants ne supportant une marque de vie civile, interprétée depuis les positions militaires en altitude comme un signal à l'un ou l'autre des antagonistes. Les éclats d'obus font de nombreuses victimes parmi la population qui ose s'aventurer à l'extérieur. Des enfants naissent dans les caves. Cette vie particulière marquera toutes les familles et les anecdotes qui y sont attachées alimentent encore les conversations. Cet épisode se terminera le 8 novembre 1944 par la déportation des hommes du village et l'évacuation des femmes, enfants et vieillards en zone libre.

 

Les hommes, rassemblés à ceux de La Bresse, prenaient la direction de Dachau. La destination finale, en raison d'un déraillement, sera Pforzheim et une embauche comme travailleurs forcés qui prendra fin au mois d'avril 1945 et donnera naissance à des liens d'amitié très forts avec la ville de Pforzheim. Sur les 140 hommes partis de Ventron, 12 ne reverront pas leur sol natal.

 

Les femmes, enfants et vieillards, emmenés par le curé Baverey qui portait haut un drap blanc au bout d'un bâton en signe de neutralité, emprunteront les sentiers de montagne encombrés par tous les biens personnels abandonnés le long du chemin, laissaient livrés à eux - mêmes tous les animaux domestiques. Cette colonne de plusieurs centaines de civils franchit, sous les obus, sur des planches instables, le ruisseau « Le Ventron » au lieu dit « Pont du Gouffre » dans des conditions de neige précoce pour la saison. Deux femmes y laissèrent la vie.

 

Les familles furent accueillies dans l'ouest du département, en Haute Marne et des liens d'amitié vieux de soixante dix ans témoignent aujourd'hui encore de la générosité de l'accueil. Ventron remercie.

Après le passage des troupes de libération, le village se réveillait début 1945 pillé, vidé, déménagé. Le mobilier, les huisseries avaient souvent servi de combustible…

 

Alors, Ventron s'est mis au travail, comme les Véternats savent le faire.

Pour ces raisons, le 27 mai 1952, la commune de Ventron a été citée à la croix de guerre avec étoile d'argent : « Petite commune de la montagne qui s'est trouvée pendant plusieurs semaines en pleine zone de combat. A payé un lourd tribut à la cause de la Liberté. Sa population a fait preuve d'un magnifique courage et du plus pur patriotisme.»

 

 

 

 

 

Musée du textile

ESSOR INDUSTRIEL

 

Vers 1800, le filage du coton, puis en 1842 le tissage, font leur apparition. Par ailleurs l'énergie hydraulique et ensuite l'électricité produite par les ruisseaux des vallées favorisent l'essor de la  production. L'industrie  cotonnière vosgienne prospère, servie par la qualité des femmes et des hommes au caractère trempé qui travaillent en famille sur les métiers. Des cités ouvrières se construisent entre 1850 et 1900 pour loger les familles nombreuses. Elles complètent les fermes isolées dans la montagne qui ne répondent plus aux besoins de logement. Ces fermes subsisteront longtemps avec, pour leurs occupants, un mode de revenus partagés en famille toujours nombreuse, entre l'agriculture d'élevage, la forêt,  l'usine, sans oublier la cueillette des petits fruits dont notre nature n'est pas avare.

 

En 1894, il y avait 5 tissages totalisant 616 métiers à tisser en activité sur Ventron. Cet essor industriel se poursuivra jusqu'au milieu du 20 ème siècle. L'usine du Grand Ventron créée en 1850 est fermée en 1950. Rachetée par la commune en 1988, elle est ouverte aux visites et devient le Musée du textile de Ventron, en 1991.

Situé dans un ancien tissage, à l'architecture caractéristique des premières usines de l'industrie textile.

 

Il fonctionna à partir de 1855 avec 50 métiers mécaniques mis en oeuvre par 32 ouvriers, puis 88 métiers répartis sur deux niveaux.

 

A l'origine, l'ensemble des machines était animé par une turbine hydraulique située en contrebas du bâtiment principal au bord du torrent.

 

le Musée du Textile de Ventron permet de découvrir un pan de l'histoire vosgienne. http://musee.ventron.fr/

 

Situé sur 4 niveaux, le Musée présente les forces motrices, la filature industrielle du coton et le tissage du XVIIIème siècle à nos jours, ainsi que la fabrication traditionnelle du fil et du tissu.

 

Possibilité de tarifs réduits (3,50 €au lieu de 4,50 €) en prenant un Pass Lorraine dans votre Office de Tourisme !

 

Tél. 03 29 24 23 06

La Maison Artisanale

Les artisans Véternats se sont regroupés en association depuis 1972 dans le cadre de l'association Arts et Tradition pour faire la promotion d'objets et produits traditionnels fabriqués avec les matériaux locaux. Cette fabrication est mise en valeur toute l'année dans la Maison Artisanale de Ventron ou encore à l'occasion des deux grande manifestations organisées par l'association : le marché artisanal, le prochain 35ème aura lieu le 7 août 2016, ou encore à l'occasion du marché de noël.

 

http://maison-artisanale-de-ventron.jimdo.com/

Frère Joseph

Frère  Joseph était un ermite qui a vécu au 18ème siècle en solitaire dans la forêt. Il a marqué le village par sa foi, sa vie de charité. Les habitants lui ont construit une petite chapelle dans la montagne au milieu des bois, chapelle qui reçoit des milliers de visiteurs. À sa mort, en 1784, il fut enterré dans le cimetière de l'époque qui était situé à la place de l'église actuelle, puis lors de la construction de cette dernière, ses restes furent exhumés en 1854 pour être transférés dans la chapelle funéraire aménagée dans la nouvelle église. Cette cérémonie eut lieu en présence de 80 prêtres et d'une foule estimée à plus de 8 000 personnes. Depuis le 18ème siècle, la chapelle de Frère Joseph s'est imposée comme lieu de pèlerinage, mais aussi comme un but de voyage.

Les paysages préservés de la montagne vosgienne, les débuts du ski ont attiré les « congés payés » de la Lorraine industrielle. Rejoints par les « Gens du Nord » et les Parisiens, ils ont commencé a goûter la douceur de nos ballons. Depuis le milieu du siècle dernier, une forme de tourisme familial s'est organisée dans des logements annexes, les « garnis » pour évoluer vers la forme de gîte de grand confort et de standing que les professionnels de Ventron sont en mesure de proposer aujourd'hui.

Le tourisme véternat s'est donc construit à partir de la chapelle de Frère Joseph qui a donné son nom au domaine skiable développé par une famille mythique dans le ski : la famille Leduc.

 

La famille Leduc, Émile et ses onze enfants, depuis 1920, ont développé le tourisme sur le site et y ont implanté la pratique du ski qui n'a pas attendu les premières remontées mécaniques construites par cette famille dans les années 60. À ce moment, les demoiselles Leduc : Thérèse, Marguerite et Anne Marie, participaient déjà aux épreuves internationales, notamment aux jeux olympiques de Squaw Walley, et les membres de la fratrie étaient moniteurs de skis dans les stations françaises. La notoriété de l'établissement familial, qui allie hôtels et remontées mécaniques, a fait de Ventron la troisième station de skis des Vosges et un havre de paix en été.

En plus du ski alpin, se pratiquent aussi le ski de fond et le ski de saut réservé aux licenciés sur le tremplin d'été, tremplin dont l'usage est limité aux plus jeunes, cadets et benjamins.

À VOIR

 

Statuette de Frère Joseph visible dans la chapelle de l'Ermitage Frère Joseph de VentronPersonnage associé au village de Ventron jusque dans son blason, Pierre-Joseph Formet, dit Frère Joseph, y a vécu en ermite durant le 18e siècle.

 

Aujourd'hui, les pèlerins souhaitant découvrir cet homme hors du commun peuvent retrouver ses traces en différents sites :

- la croix de l'Ermite, marquant le lieu où il vécut dans une cabane de branchage,

- la chapelle, construite par les Véternats à son attention

- le chemin de croix, qu'il empruntait pour se rendre au village,

- l'église Saint Claude, où se trouve un autel qui lui est consacré,

- le cimetière de Ventron, où se trouve un mémorial.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur Frère Joseph : consultez en ligne la documentation éditée par la Mairie de Ventron grâce au travail de François Colin.

 

François Colin, Professeur honoraire des universités, a réalisé un travail de recherche sur la vie du Vénérable, constituant un fond numérique inédit.

Club vosgien

Le Club Vosgien est une association de bénévoles qui entretiennent et balisent les sentiers de randonnées du village de Ventron. Retrouvez leur calendrier et toutes leurs actions sur leur site Internet : www.club-vosgien-ventron.fr

 

Avec plus de 120 km de sentiers balisés par le Club Vosgien, Ventron est le paradis des amateurs de balades. De la balade familiale aux sentiers de grande randonnée, il y en a pour tous les goûts !

 

Retrouvez tous les circuits de randonnées de Ventron ou cartes IGN en vente à l'Office de Tourisme et Chez Cindy (tabac-presse).

Bibliothèque

La Véterbiblio

 

La Véterbiblio, créée à l'initiative du Conseil de Jeunes de VENTRON, met à votre disposition près de 2 000 ouvrages.

La bibliothèque est située derrière l'Office de Tourisme (en direction de l'Aire de Loisirs)

 

HORAIRES D'OUVERTURE

Mercredi de 16h - 19h

 

Vous cherchez un ouvrage, consultez notre fonds de livre : Consultez le catalogue de la Bibliothèque départementale en ligne en cliquant ici.

Associations

SPORTIVES

 

ADIC

Gymnastique, danse

Brigitte VANSON

03 29 24 09 43

 

Club Vosgien

Randonnée pédestre

Romaric MUNSCH

06 40 70 56 00

 

Dojo de la Montagne

 Judo, Aïkido

Jean-Claude XOLIN

 03 29 24 05 83

 

Foyer de ski  Ski de fond, saut à ski, biathlon

Patrick GERARD

03 29 24 26 04

 

La Truite de Ventron

Pêche

Pierre TISSERAND

03 29 24 07 71

 

Mini-Auto Club  Voitures télécommandées

Régis THOMAS

03 29 24 08 21

 

Pétanque Véternate

Pétanque

Gérard JEANDEL

03 55 22 09 48

 

USV

Ski alpin, de fond

Catherine Biegalke

 06 44 27 22 81

 

SOCIALES

 

ADMR

Muriel PIERREL

3 29 24 02 70

 

Association Familiale

Valérie LEVEQUE

03 29 24 24 32

 

Association des Parents d'Élèves

Fanny GERARD

03 29 24 05 04

 

Club Les Véternats

Aimé HUSSON

03 29 24 39 85

 

Comité de Jumelage

Sébastien FRECHIN  03 29 23 33 12

 

Croix Rouge

Marcelle CHASSIGNET

03 29 24 17 57

 

CULTURELLES

 

Loisirs Véternats (Harmonie municipale)

Yvan PETITGENET

03 29 24 07 65

 

Musée du Textile

Catherine COMOLI

03 29 24 03 19

 

Patriotiques

 

Anciens Combattants AFN

Gilbert VALDENAIRE

03 29 24 09 83

 

AUTRES ASSOCIATIONS

 

Amicale des Sapeurs Pompiers

Pascal JEANDEL

03 29 24 22 66

 

Amis de la Nature

 Jean-Paul SCHMITTLIN

03 29 24 19 61 ou 03 89 55 49 77

 

Arts et Traditions

Marie-Edith ROUILLON

03 29 24 05 18

 

Mairie de Ventron

1 Place de la Mairie

88310 VENTRON

Tél. 03 29 24 18 18

Fax 03 29 24 20 10

 

Horaires d'ouverture :

Lundi, mardi, mercredi, vendredi :

8h - 11h30 et 14h30 - 17h30.

Jeudi : 8h - 11h30.

Office de Tourisme de Ventron

4 Place de la Mairie - F - 88310 VENTRON

E-mail:  info@ot-ventron.com

Téléphone:  03 29 24 07 02 - Fax:  03 29 24 20 10

ESPACE PRO

Horaires d'ouverture :

Ouvert durant les vacances scolaires de Noël, Février, et d'été :

Du lundi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Dimanche de 9h30 à 12h30.

Ouvert le reste de l'année :

du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 17h